Théodore Aubanel

Théodore Aubanel

 

Théodore Aubanel, né le 26 mars 1829 à Avignon, mort le 2 novembre 1886 à Avignon était un imprimeur et poète d'expression provençale.
Théodore Aubanel est issu d'une famille d'imprimeur ayant le titre d'imprimerie du Pape.

Il est un des sept membres fondateurs du Félibrige aux côtés de Paul Giera, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan, Jean Brunet, Frédéric Mistral et Joseph Roumanille.

Théodore Aubanel est surtout un des plus actifs avec Frédéric Mistral et Joseph Roumanille qui sont les trois piliers du Félibrige du renouveau de la culture provençale.

 

***

Poésies de Théodore Aubanel

 

La chanson des félibres

Souto lou grand cèu blanc, l'oundado negro Miraio en barrulant, la luno alegro !
Dóu goutique Avignoun palais e tourrihoun fan de dentello dins lis estello.
Avignoun, grasiha, de l'escandiho, tambèn de fes que i'a, lou jour soumiho !
Mai, s'acampo au soulèu si gai felibre, lèu es di cigalo la capitalo....

Sous le grand ciel blanc, le flot sombre reflète en roulant, la lune joyeuse !
Du gothique Avignon palais et tourelles font des dentelles dans les étoiles...
Avignon, grillé de rayons, tout de même quelquefois, le jour sommeille !
Mais, s'il assemble au soleil ses gais felibres, vite il devient des cigales la capitale...

 

*

Le Ventoux

Ventour espetaclous, nis d'aiglo e d'aubanèu,
toun front nus, à l'adré, blanquejo sout la nèu;
A l'uba, la fourèst fai ta tèsto negrasso;
Li loup trèvon ti draio ounte l'ome s'alasso...

Ventoux effrayant, nid d'aigles bruns et d'aigles blancs,
ton front nu, au midi, est blanc sous la neige.
Au nord, la forêt te fait une noire chevelure !
Les loups hantent tes sentiers où l'homme s'essouffle...

 

***

 

 




1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | Confidentialité | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion