Légendes

 

 
 
 

 

La Provence à été une source d'inspiration pour de nombreux contes et légendes traditionnels. Ils ont été attachés aux traditions, puis oubliés.

 

La légende de Sainte Barbe

Au IIIeme siècle de notre ère, une trés belle jeune fille, Barbe, choisit de consacrer sa vie à Dieu plutôt que de se marier. En apprenant son baptême, son père la fit enfermer et lui infligea de nombreux sévices. Mais, alors qu'elle était sur le point de s'éteindre, le ciel s'ouvrit: un orage violent éclata, et son père fut foudroyé, ainsi que ceux qui avaient participé au supplice ou ne l'avaient pas secourue. En Provence, la Sainte Barbe marque le début des festivités de Noël.

 

 

1 clic... + d'informations sur Sainte Barbe

 

 
 
La chèvre maudite
Il était une fois une chèvre très capricieuse qui avait été condamnée à séjourner aux enfers. Mais son comportement turbulent lui a valut l'autorisation de quitter de ce lieu.
Un jour paraît-il, une femme qui se promenait très tard dans les rues désertes, rencontra cet animal capricieux qui rôdait cherchant de quoi se nourrir.
Il saisit la pauvre femme pour la dévorer au fond de sa caverne. La pauvre malheureuse supplia la chèvre et lui promit de ne jamais dire mot sur leur rencontre et de ne plus circuler seule dans la nuit.
La chèvre l'épargna... Mais la retint prisonnière.
La pauvre femme était enfermée depuis des années dans la tannière, puis bénéficia , par la grâce de Dieu de l'opportunité inespérée de s'enfuir.
Elle s'échappa sans demander son reste. Elle s'empressa de rentrer chez elle, mais personne ne la reconnut.
Elle semblait avoir vieilli d'au moins dix décennies, tant elle avait subi de privations et autres mauvais traitements !
Elle s'en fût alors, refusée, reniée, repoussée, condamnée comme une parasite, une pestiférée, à errer à son tour...
 
S'il est une morale à cette histoire, peut-être invite t-elle à ne pas s'attarder dans des lieux obscurs et peu sûrs.

 
 

Lavandières de nuit
On appelle lavandière de nuit des femmes blanches qui lavent leur linge en chantant, au clair de lune, dans les fontaines écartées; elles réclament l'aide des passants pour tordre leur linge et cassent les bras à qui les aide de mauvaise grâce.
 
 
La mort des cigales de Paul Arénes
 
 
 
 
* Source: Contes et légendes de Provence
 
 

 



21/10/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 378 autres membres

<
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion