La Vénus d'Avignon de Théodore Aubanel

 Début de « La Vénus d'Avignoun », premier poème du recueil Li Fiho d'Avignoun.

 

 

Sis iue d'enfant, founs e verdau,

 Si grands iue pur vous dison: Dau !

 Un pau risènto, un pau mouqueto;  

Tèndri, se duerbon si bouqueto;  

Si dènt, pu blanco que lou la,  Brihon....

Chut ! qu'arribo : vès-la !

 

 Tout-just s'a quinge an, la chatouno.

Passes plus, que me fas mouri,

 O laisso-me te devouri  De poutouno !

Arrage, soun péu negrinèu  

S'estroupo à trenello, en anèu;  

Un velout cremesin l'estaco;

 Fouita dóu vènt, de rouge taco

 Sa caro bruno e soun còu nus :  

Dirias qu'es lou sang de Venus,  

Aquéu riban de la chatouno.

Passes plus, que me fas mouri,

 O laisso-me te devouri

 De poutouno !

 

Oh ! quau me levara la set

 De la chato ?

 

... A ges de courset :  

Sa raubo, fièro e sèns ple, molo  

Soun jouine sen que noun tremolo  

Quand marcho, mai s'arredounis  

Tant ferme, que subran fernis  

Voste cor davans la chatouno.

Passes plus, que me fas mouri,  

O laisso-me te devouri

 De poutouno !

 

 

***

 

Ses yeux d'enfant, profonds et verts,

Ses grands yeux purs vous disent: Va !

 Un peu souriantes, un peu boudeuses,

 tendres, ses lèvres s'entr'ouvrent;  

Ses dents, plus blanches que le lait,  brillent....

Chut ! elle arrive : Voyez-la !  

 

Elle a quinze ans à peine, la jeune fille.

 Ne passe plus, car tu me fais mourir,

  Ou laisse-moi te dévorer  de baisers !

 Vagabonde, sa chevelure noire

 Se retrousse en torsades, en boucles;

  Un velours cramoisi l'attache;  

Fouetté par le vent, il tache de rouge

  Son visage brun et son cou nu;

 On dirait le sang de Vénus, ce ruban de la jeune fille.

 Ne passe plus, car tu me fais mourir,  

Ou laisse-moi te dévorer

 de baisers !

 

Oh ! qui m'ôtera la soif de la jeune fille ?

... Elle n'a point de corset : sa robe,

Fière et sans plis, moule

Son jeune sein qui ne tremble pas

Quand elle marche, mais s'arrondit

Si ferme, que soudain frémit

Votre cœur devant la jeune fille.

Ne passe plus, car tu me fais mourir,

Ou laisse-moi te dévorer

de baisers !

 

Théodore Aubanel

 

 



30/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres

<
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion