Fontaine Mary-Rose à Mazan

Fontaine Mary-Rose à Mazan 

 

Fontaine Mary-Rose à Mazan. 

 

***

Connaissez vous l'histoire de Mary-Rose? 

Un jeune homme de 20 ans, ami de Frédéric Mistral,  avec une jeune fille de 16 ans ; ils tomberont follement amoureux l’un de l’autre…

  Né à Cavaillon le 1er mars 1892, Auguste Saurel a commencé ses études à Eyguières lorsque ses parents, Achille et Constance, se sont installés au Mas des pins.
il gardait les moutons au pied des Alpilles en compagnie des bergers conteurs de légendes et l’inspiration poétique a sûrement pris naissance à cette époque-là.
 Mary-Rose Carias était une jeune fille pétillante de 15 ans que tout le monde aimait pour sa gentillesse et sa fraîcheur.
Le 15 aout 1910, Auguste Saurel rencontrera Mary-Rose Carias sur le parvis de l’église Saint-Pierre à Grans et s’éprendra follement de cette jeune fille au regard bleu et aux longs cheveux blonds.
Ce fut le coup de foudre réciproque. Ils se rencontrèrent le plus souvent possible et Auguste lui dédia tous ses poèmes. Leur amour fut intense et platonique.
Malheureusement leur idylle dura 11 mois seulement, la faute à une méningite. Elle n’avait pas encore 16 ans lorsqu’elle décéda, il lui consacra sa vie, ne se maria jamais. Une vie dédiée à l’amour de Mary-Rose, sa muse. Il mourut à Maussane en 1976. Né en 1892, il était poète provençal.

 

***

 

Poéme de Auguste Sautel, 1912 

La Fontaine Mary-Rose 

Connaissez-vous ce vert vallon Qu’une source cachée arrose,

Une humble source dont le nom Est la fontaine Mary-Rose ?

Ici, tout le jour je peux voir

Dans ce mystérieux miroir

Entouré de figuiers sauvages,

Le ciel changeant et ses nuages,

Et l’araignée au fil d’argent,

Et les papillons voltigeant

Près des joncs où les demoiselles

Sèchent leurs transparentes ailes.

Ici, je vois les moucherons Essaimer sur les liserons ;

Ici, les troncs noueux des saules,

Les rochers baignés d’ombres molles

Prennent des formes de couleurs

Qui me ravissent jusqu’aux pleurs ;

Ici, ma lyre plus touchante

S’accorde d’elle-même et chante La beauté, l’amitié, l’amour

Aux solitudes d’alentour ;

Ici, mon âme se repose ;

Ici, l’ombre de Mary-Rose,

Blanche, au milieu de l’herbe en fleur

Me regarde, comme une soeur.

 

* Source du poéme

 

 

***

 

A une âme,

Une fontaine simplement  

Du nom de Mary-Rose ornée,  

Et par des muses couronnée,  

Où j’ai dès le commencement

Cueilli pour toi des fleurs de gloire,  

Vierge, tel est le monument  

Que je consacre à ta mémoire !

 D'Auguste Saurel  juin 1920

 

 

***

 

* Lien du film de Mary-Rose

 

 

 

 



17/01/2017
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres

<
Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion